Atelier Lyrique de Tourcoing
Photo de Fidelio de Beethoven dirigé par Nicolas Kruger ©Virginie Pollet Production 2019 Atelier Lyrique de Tourcoing avec La Grande Écurie et la Chambre du Roy (fondateur Jean Claude Malgoire)

Saison 2019-2020

Symphonie n°5

du 15 au 17 mai 2020 - Tourcoing Théâtre Municipal R. Devos

Concert

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Interprétation sur instruments classiques

Symphonie n°5 en ut mineur op. 67, dite Symphonie du Destin
créée le 22 décembre 1808 au Teater an der Wien
Le Christ au Mont des Oliviers
Oratorio (1803-1811) op. 85

 

Ainsi le destin frappe à la porte…

Impossible de commémorer le 250e anniversaire du compositeur sans présenter ses deux symphonies les plus célèbres. Après la 9e voici la 5e dite Symphonie du Destin. Est-il besoin de présenter la plus célèbre symphonie de Beethoven ? Un thème que petits et grands ont tous parodié « pom pom pom poooom » trois brèves et une longue. D’une telle simplicité si expressive, Beethoven aurait dit « ainsi le destin frappe à la porte ». L’année 1803 marqua une étape décisive dans la vie de Beethoven. Après le terrible constat de l’aggravation de sa surdité, le compositeur réussit à surmonter son désespoir et ses pulsions suicidaires pour se remettre courageusement au travail. Il confie alors à un intime « Je ne suis guère content de ce que j’ai écrit jusqu’à présent, désormais je veux ouvrir un nouveau chemin ». Sa carrière de virtuose est définitivement brisée du fait de son infirmité et il se consacre dès lors entièrement à la composition. Le 5 avril, le musicien présente son unique oratorio achevé : Le Christ au Mont des Oliviers. Composé en quinze jours sur un livret de Franz-Xavier Huber à partir des textes évangéliques, il ne sera édité qu’en 1811. Beethoven y apporte des modifications car il reconnaît qu’il l’a écrit trop vite. Le compositeur insiste moins sur l’absence divine du Christ que sur sa condition d’homme, accablé de souffrances terrestres. Il s’agit ici de développer un thème cher à Beethoven et à ses contemporains : celui de la mort d’un héros.