Atelier Lyrique de Tourcoing
Photo de la comédie-ballet Les Amants magnifiques de Lully/Molière © Erwan Floch Production Les Malins Plaisirs saison 19/20 Atelier Lyrique de Tourcoing

Saison 2019-2020

Les Amants magnifiques

du 15 au 16 novembre 2019 - Tourcoing Théâtre Municipal R. Devos

Opéra

Jean-Baptiste Lully (1632-1687)

Comédie-ballet en 5 actes
Texte de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière (1622-1673)
Comédie mêlée de musique et d’entrées de ballet,
représentée pour le roi à Saint-Germain-en-Laye
au mois de février 1670

Regarder le teaser du spectacle
Regarder la vidéo interview de Vincent Tavernier le metteur en scène

Les Amants magnifiques

Comédie en cinq actes en prose mêlée de musique et d’entrées de ballet, Les Amants magnifiques sont le spectacle total par excellence. Commandé par le roi à Molière et Lully pour le carnaval de 1670, l’ouvrage est la quintessence du divertissement de cour : tous les plaisirs s’y mêlent. Cette comédie-ballet appartient à une veine très mal connue de Molière, celle de la poésie galante, quasi marivaldienne, qui mêle une étude fine et sensible du sentiment amoureux à la peinture ironique et colorée de la vie de cour. Dans cet univers de conte de fées, les égarements du coeur et de l’esprit sont à la fois scandés et mis en abyme par les « divertissements ».

Créée la même année que le célèbre Bourgeois gentilhomme, la comédieballet Les Amants magnifiques est un des nombreux fruits de la collaboration entre Molière et Lully. Représentée devant la cour à l’occasion du carnaval de 1670 au cours d’une grande fête intitulée le Divertissement royal, cette oeuvre voit paraître pour la dernière fois Louis XIV sur scène en tant que danseur ; une époque s’achève, alors qu’une autre va débuter : trois ans plus tard, Lully imaginera le premier opéra français. Au-delà d’une intrigue sentimentale et romanesque pleine de piquant (deux princes se disputent une jeune princesse, amoureuse quant à elle d’un homme sans titre qui saura gagner le coeur de la belle par son courage et sa vertu), Molière attaque certains travers de son temps, menant notamment une attaque en règle contre l’astrologie. Lully, de son côté, use du « théâtre dans le théâtre » pour composer une petite pastorale chantée et dansée, préfigurant l’opéra naissant. OEuvre rare à la scène, c’est la première fois que Les Amants magnifiques seront remontés avec tous leurs intermèdes chantés et dansés.

La danse au XVIIe

Au XVIIe c’est l’âge d’or de la danse. À cette époque, danser est aussi nécessaire que savoir lire. La danse est une chose sérieuse. Danser au bal de la cour demande beaucoup de travail avec un maître à danser. Danser c’est se livrer, s’exposer au jugement. Jusqu’alors, bal et ballet se mêlent, à part que dans le deuxième on joue un personnage. Lully professionnalisera la danse. On passe de la grâce et l’élégance à la technique. Lully veut transmettre par les pas ce qui caractérise les personnages et leurs émotions. De sa collaboration avec Molière naîtra un genre nouveau : la comédie-ballet : les ballets font à présent intégralement partie de l’action. Le ballet de cour est dansé par des hommes. Il faudra attendre Le Triomphe de l’amour en 1682 pour voir des danseuses professionnelles.